Remonter Les stages Spectacles & presse Le film Le mémoire Témoignage Florilège

Florilège

 

"Paroles et musique"    Ingeborg Liptay

« Elle picole de l’élixir de vie »          Philippe Verrièle

         

Depuis la publication du mémoire "Interroger l'insaisissable" dans lequel on trouve un florilège alphabétique,
Agnès continue chaque année de relever les petits bijoux de mots dont Ingeborg sait si bien nourrir la danse.
Voici le florilège 2008, relevé au grée des répétitions :

 

                                    Ne passe pas à côté de la séduction

                        Qu’est-ce que c’est le moyen habile pour séduire ?

                                La présence avec une certaine liberté

                                C’est ta liberté qui séduit plus que tout

                        Que tu te prends la liberté dans ton mouvement

                                   Tu veux rien         Tu es libre

                     C’est ça que tu offres au sujet que tu veux séduire

 

« Etre – de plus en plus – être.   La vraie compréhension c’est pas la pensée,  elle vient de l’intérieur  »

 

   « Va plus loin, c’est plus extatique »
                                                         « Y a une présence qui sort des yeux,
                                                                         parce que tu sens la terre »
   «
 Pourquoi c’est bon ce silence ?
                  Parce que tu sens ton état 
»

   « Tu peux aller dans les mouvements qui,
   sont pas codifiés, c’est seulement toi qui les connais 
»     « Fais monter le jus en calme, la sève »
                                                         
« Tu dois te faire attraper par le silence …
              «
 Y a plus de ciel »                      
                                                 Pas le construire »

 « Il faut simplement donner tout le pouvoir
 au corps, sans se créer des trucs dans la tête
»                      « Là, tu deviens un nuage »

« Vous aimez pas assez laisser jaillir la marche »
                                                          « J’ai trois influences : Jooss, Karine
                                                                 Waehner et les américains noirs »
« J’aimerais bien que tu poses les cinq orteils, là »
                                                                              « La présenteur »
« Je suis pas un PGD … ou comment on dit ?
                      … signez pour moi »
                                                    « Quand on prend la turbulence ou le bruit - c’est
                                                    comme on les prend… Tu es absorbé, unifié au
                                                    mouvement, c’est ça qui donne une impression
                                                    de paisible. C’est fort, c’est vite, y a plein de
                                                    contrastes, mais tu es un avec le mouvement »
« C’est moins joli parce que vous posez pas
les bras en longueur… c’est des petites choses
comme ça qui font… »

« C’est la force qui te prends qui importe
                    La pesanteur vraie, Vraie ! »
                                                    « C’est en appréciant le mouvement qu’on
                                                                peut le faire plus profondément »
« Au début c’est très, très coincé… C’est dommage
qu’on voit pas un peu plus de l’élan universel… »
                                                        « Il y a un sentiment dans le pied là,
                                                                                       tu vois ? »
« Donnes-toi tout de suite à la musique, comme ça
il y a plus de tendresse… Tendresse et profondeur »

                                                        « Y a pas de limite, on peut avancer toujours
                                                                                plus vers l’essentiel »

« Il faut que tu sois plus prête à l’intuition »
                                                        « Il faut que tu te suspendes à l’espace,
                                                                                courageusement  »
                    « L’amour dans les genoux »

« Toute cette histoire devrait être un peu plus
                                   dans le vent »
« C’est comme jouer de la musique »
                                                       
On écoute Coltrane    « Ils sont dans la voie à
                                                        désolidifier l’existence dans le jazz moderne »
« En travaillant comme ça il faut que tu expurges »

                                                                                                                                                A propos de Jooss  « Il savait faire sentir le chemin d’une
                                                       articulation à l’autre comme voyage de jouissance »

« C’est comme une chanson pour les enfants »
                                                        « Pourquoi on répète ? Pour gagner le calme, la
                                                        présence… C’est de là que peut jaillir l’énergie »

« Après tu touches le ciel avec les épaules…
                                Why not ??? »
                                                        « Ne fais pas d’esclaverie »
« C’est pas un truc à créer,
                    c’est ton corps qui parle »
                                                        « Dans les moments on sent mieux ton cœur et
                                                                   ta jambe. C’est ton être qui manque »

« Un investissement dans le corps physique
                                serait bien ! »
                                                        « L’élan et la pesanteur, ça se travaille plus
                                                        actuellement et c’est dommage… C’est crucial,
                                                                               ça t’emmène dans la vie »
« Le corps comme paysage,
                    Le paysage comme corps »

                                                        « On connaît ces moments, il faut simplement
                                                                                        les inviter plus »
 
« L’afro ça va pas avec quelque chose de raffiné,
ça va avec le bassin, c’est vraiment avec le bassin »

 

                                                        
                                        
              Cliquez sur la photo pour regarder la vidéo prise au CND à Paris

                                 Ingeborg Liptay   :  Le florilège de nos cours de danse

                                                                         


Remonter Les stages Spectacles & presse Le film Le mémoire Témoignage Florilège
Contact électronique  MdlagSet  pour améliorer ce site Web.                                            Copyright © 2003 Compagnie Ingeborg Liptay                                                 Dernière modification :  30 juin 2016